Lingua
Ricerca

Elmer Citro ®

In sintesi

Elmer Citro (marque déposée) est une limonade au citron. Elle est produite à partir d’une eau de source captée à Elm, dans le canton de Glaris, d’où son nom. On peut la trouver dans toute la Suisse, mais elle est surtout consommée en Suisse alémanique.

Descrizione

Limonade gazeuse et sucrée aromatisée au citron. Dimensions: bouteilles de 0,3, 0,33, 0,5, 1, 1,5 ou 2 litres.

Varianti

Elmer Citro light.

Ingredienti

Eau minérale, sucre, gaz carbonique, acide citrique, arôme naturel de citron.

Storia

L’origine des boissons gazeuses en Suisse est étroitement liée à l’usage des eaux minérales. Or, celles-ci ont été pendant des siècles destinées uniquement à des usages thérapeutiques. On prenait surtout des bains, et si l’on en buvait, c'était en de très petites doses prescrites par les médecins. L'eau de certaines sources renommées était d'ailleurs vendue par les apothicaires, à des tarifs parfois prohibitifs.  

L’eau minérale commence à être considérée comme une boisson désaltérante à la fin du 18ème siècle; les premières fabrications de limonades sucrées remontent à la même époque. L’historien François de Capitani mentionne ainsi dans son article Les eaux minérales en Suisse (1999) un document de 1790 où l’on parle des eaux minérales en ces termes: "prises seules, ou mêlées avec du vin, ou un sirop aromatique, elles sont même devenues une boisson d’agrément."  Selon Jaurnig, cité par Kottelat (1953), en Allemagne la fabrication industrielle de limonades remonte aux années 1840. En 1843, Henri Nestlé installe une fabrique d’ "Eaux minérales et Limonade gazeuse" à Vevey, mais celle-ci ne restera pas longtemps en activité. On sait par ailleurs que des limonades gazeuses appelées gazzose sont produites au Tessin de manière industrielle dès la fin du 19ème siècle (voir la fiche Gazzosa). Elles sont alors préparées avec de l’eau, des arômes et du gaz carbonique, tout comme aujourd’hui.   

Comme le montrent Flandrin et Montanari dans leur Histoire de l'alimentation (1996), le succès naissant des limonades, sodas et autres boissons désaltérantes est étroitement lié aux restrictions de consommation des boissons alcoolisées dans la première partie du 20ème siècle. Le 19ème siècle a vu une augmentation considérable de la consommation des spiritueux, au fur et à mesure que les techniques de distillation étaient mieux maîtrisées et largement diffusées. Ces boissons fortement alcoolisées entraînent des ravages sociaux qui marquent les esprits. Dans la mouvance des idées hygiénistes de la seconde moitié du 19ème siècle surgissent en Suisse comme dans toute l’Europe et aux Etats-Unis des mouvements antialcooliques. Les eaux-de-vies sont ainsi lourdement taxées, alors que certains spiritueux sont interdits (par exemple l’eau-de-vie de pommes de terre ou l’absinthe en Suisse). Notons au passage que la prohibition de l’absinthe doit aussi beaucoup à l’hostilité des producteurs de vin et de bière!  

Quoi qu’il en soit, la production et la consommation de boissons peu alcoolisées se développent. L’essor du moût de pommes en Suisse s’explique par ces mêmes facteurs. Jakob Tanner, dans son Fabrikmahlzeit (1999), cite ainsi Ernst Züblin (1925): "Eine erfreuliche Tatsache ist der aufsteigende Konsum von alkholfreien Getränken, insbesondere findet in den Betrieben sterilisierte Most, der verhältnismässig billig abgegeben werden kann, starken Anklang." Ce phénomène est relevé un peut partout en Europe, comme le montrent Flandrin et Montanari: "(...) au 20ème siècle, la hausse la plus spectaculaire concerne les boissons industrielles: sodas et autres produits sucrés, jus de fruits de toutes sortes, eaux minérales." L’Atlas de folklore suisse, dont les données ont été récoltées dans les années 1934-37, mentionne cette tendance qui s’amplifie et touche indifféremment les zones urbaines et rurales ("Eine zunehmende Neigung zu alkoholfreien Getränken"); il relève également l’influence des associations antialcooliques. 

C’est dans ce contexte qu’est lancée Elmer Citro en 1927. Cette boisson est étroitement liée à une eau de source du canton de Glaris, au dessus du village de Elm. Le cas n’est pas isolé : en Suisse, plusieurs boissons gazeuses seront liées à une source bien identifiée, cette caractéristique leur conférant un prestige particulier. De Capitani observe toutefois que le modèle imposé par Coca-Cola, soda qui n’est lié à aucune source particulière, s’imposera aussi en Suisse, entraînant dans son sillage des sodas locaux comme le Rivella (cf. la fiche qui lui est consacrée). 

La grande expansion d’Elmer Citro débute après la Seconde Guerre mondiale. C'est le début d'une période socio-économique prospère, qui voit une augmentation considérable du pouvoir d'achat des consommateurs. Jusqu’à ce jour, le succès d’Elmer Citro dans la population suisse (surtout alémanique) ne s’est pas démenti, malgré la concurrence des limonades de grandes marques globalisées.

Produzione

Elmer Citro est une eau de source additionnée d’un arôme naturel (huile d’écorce de citron), de sucre et de gaz carbonique. Le mode d’obtention n’est pas communiqué par l’entreprise qui la fabrique.

Consumo

C'est une boisson que l'on consomme couramment, surtout en Suisse alémanique (mais elle est aussi connue dans le reste du pays). On la boit telle quelle, pendant ou entre les repas, comme n'importe quelle autre limonade gazeuse. Comme la plupart des boissons sucrées, elle est particulièrement appréciée par les enfants.  

Elmer Citro est utilisée dans les bars pour faire la bière panachée, plus communément appelée "panachée": on met environ un quart de limonade au fond du verre et on remplit le reste avec de la bière blonde. On peut aussi mélanger cette limonade avec des alcools forts pour en faire des cocktails.

Importanza economicas

L’entreprise Ramseier, qui fabrique Elmer Citro, ne communique aucun chiffre de production. Célèbre pour son jus de pommes, cette entreprise a son siège à Sursee dans le canton Lucerne.  

Elmer Citro est en vente dans tous les grands magasins en Suisse et dans beaucoup de bar et restaurants.

Fonti

  • Atlas der schweizerischen Volkskunde,   Weiss, Richard und Paul Geiger,   Basel,   1950.  
  • Raboud-Schüle, Isabelle et Stäuble Nicole Tercier,   L'eau à la bouche,   Alimentarium,   Vevey,   2005.  
  • Flandrin, Jean-Louis <BR />Montanari, Massimo,   Histoire de l'alimentation,   Fayard,   Paris,   1996.  
  • Revue suisse d'hygiène,   H.A. Gutzwiller,   Zürich,   1930.  
  • Tanner, Jakob,   Fabrikmahlzeit : Ernährungswissenschaft, Industriearbeit und Volksernährung in der Schweiz 1890-1950,   Chronos Verlag,   Zürich,   1999.  
  • Kottelat, Marcel,   Die schweizerische Mineralwasserindustrie und ihre Organisationsfragen,   Haupt,   Bern,   1953.  
  • http://www.elmermineral.ch/,   ?.  
Bibite Print

Epicentro di produzione

Lieu de provenance de l’eau: source de Elm (GL).

Lieu de mise en bouteille: Hitzkirch (LU).

Map