Langue
Recherche

Zofinger Kinderfestweggen

Wurstweggen, Chenderfäschtwegge, Worschtwegge, petit pain à la saucisse

Zofinger Kinderfestweggen

En bref

Le « Zofinger Kinderfestweggen » est un petit pain à la saucisse, ou plus précisément un feuilleté farci à la chair à saucisse. De forme allongée, il est ouvert à ses deux extrémités, de sorte que la farce est visible. Le « petit pain de la Fête des enfants » fait partie des spécialités culinaires de cette manifestation qui a lieu chaque année.

Les petits pains à la saucisse sont très répandus surtout en Suisse alémanique. En Suisse romande, ils sont connus mais plus rares. La partie francophone du pays possède une autre préparation combinant pâte feuilletée et chair à saucisse, la rissole à la viande, qui présente une forme de pâté. Il existe une autre spécialité, avec une saucisse de Vienne cette fois, la « Vienne en cage » – connue en Suisse alémanique sous le nom de « Wienerli im Schlafrock ». Au Tessin, en revanche, les petits pains à la saucisse sont introuvables.

Le petit pain à la saucisse fait partie de la « famille » des beignets. De nombreux livres de cuisine de la fin du Moyen Âge montrent en effet que les beignets désignaient jadis une pâtisserie fourrée ou farcie. La farce pouvait être constituée soit de viande ou de légumes, soit de pommes, de noisettes et de raisins secs. À cette époque, les pâtisseries farcies présentaient un intérêt pratique : on mangeait en effet souvent avec les mains tout en cherchant à éviter de se salir. Les cuisiniers et les ménagères « emballaient » donc les plats dans un manteau de pâte. Qu’ils soient cuits au four ou frits, la diversité des beignets a subsisté jusqu’à aujourd’hui. La version frite est peut-être la plus ancienne et la plus répandue car, jusqu’au XXe siècle, les habitations étaient loin de disposer toutes d’un four. Dans les régions germanophones, les beignets cuits au four dans une matière grasse sont étroitement liés à la période de carnaval.

Description

Pâtisserie charcutière en pâte feuilletée farcie de chair à saucisse, d’environ 10 cm de longueur, aux extrémités ouvertes.

Variation

Petit pain végétarien : pâte feuilletée à base de graisse végétale, farcie aux légumes hachés (céleri, carotte, chou-fleur, poireaux, épinards, etc.), épices

Ingrédients

Pâte feuilletée (farine, beurre, eau, sel ; œuf pour la soudure et la dorure), viande de bœuf et de veau, épices, oignons et chapelure.

Histoire

Il est difficile de déterminer depuis quand les petits pains à la saucisse sont consommés lors de la Fête des enfants de Zofingen. Il est certain qu’ils sont associés à cette fête depuis les années 1940. Un boucher né en 1939 se rappelle avoir mangé des petits pains à la saucisse quand il était enfant, et une publication datant de 1942 fait mention du repas de midi traditionnel de la fête qui, pour le plus grand bonheur des enfants, se composait d’un petit pain à la saucisse.

La Fête des enfants elle-même est un peu plus ancienne. La première mention en est faite dans le Règlement des écoles publiques de la ville de 1809. La première édition eut lieu l’année suivante pour récompenser les élèves particulièrement studieux. La deuxième ne se déroula que quinze ans plus tard, en 1825. Le clou du programme était un exercice public de deux heures, réalisé par le Corps des Cadets de Zofingen, créé la même année. Dès lors, la Fête des enfants eut lieu chaque année sous cette forme. Après la Première Guerre mondiale, la pertinence du Corps des Cadets commença à susciter des doutes et, à partir de 1969, ses activités militaires se limitèrent à la semaine de la Fête des enfants. À l’heure actuelle, le Corps des Cadets ne se forme que durant ces festivités.

La nourriture constitua dès le départ un élément important du programme. Une description d’un repas de midi datant de 1825 montre ce qui était servi aux enfants à l’époque : « Les garçons recevaient du rôti et de la salade, deux sortes de petits gâteaux, des poires et des pruneaux, ainsi que de la tarte au vin et un beau « SimmelBrodt » (petit pain) ; les filles, du thé avec du lait, des gâteaux, des tartes, de fruits et du pain comme les garçons. » Pour le goûter, il y avait à nouveau des petits gâteaux et, pour le souper, entre autres une saucisse.

La mention la plus ancienne d’un petit pain à la saucisse figure du reste dans l’Idiotikon, le dictionnaire de suisse alémanique, qui cite une source datant de 1863.

Production

Les deux principaux ingrédients du petit pain à la saucisse sont la pâte feuilletée et la chair à saucisse. La pâte feuilletée se compose de farine, d’eau, de beurre et de sel. Formée de quatre tours, elle comporte donc 256 couches de pâte !

Le boulanger introduit la pâte dans le laminoir jusqu’à obtenir une abaisse d’une épaisseur de 2,25 millimètres. Il ne cesse de saupoudrer la pâte avec de la farine afin d’éviter qu’elle ne colle à la machine ou se déchire.

Puis le boulanger et son collaborateur détaillent la pâte en bandes à l’aide d’un rouleau à découpe en métal pourvu de plusieurs lames. En passant le rouleau, les lames coupent la pâte. L’un des deux hommes badigeonne à l’œuf l’une des deux bordures de la bande sur toute sa longueur. Pendant ce temps, l’autre boulanger remplit une poche à douille avec la farce et forme une saucisse de 3 bons centimètres de diamètre de l’autre côté de la pâte. Puis son collègue rabat la pâte par-dessus. Il presse ensuite légèrement les deux bordures l’une sur l’autre avec une baguette en bois, puis utilise une roulette cannelée pour souder encore davantage la pâte. Il ne faut cependant pas presser trop fort non plus, sinon des entailles risquent de se former, ce qui n’est pas souhaitable. Les petits pains à la saucisse sont ensuite découpés.

Avant de passer au four, les petits pains sont badigeonnés à l’œuf. Ils sont cuits environ 200 degrés pendant 15 à 20 minutes avec adjonction de vapeur. La vapeur a pour effet que la pâte monte et que la croûte se forme plus tard.

Quand le boulanger ne cuit pas les petits pains le même jour, il les dispose serrés les uns contre les autres sur une feuille de plastique et les entrepose au congélateur.

Consommation

Les petits pains à la saucisse sont produits et vendus par les boulangers et les bouchers. Durant la Fête des enfants, presque toute la ville mange un petit pain. Le boulanger interrogé les vend ce jour-là sur un stand spécial, installé devant son commerce.

Mais les petits pains à la saucisse s’achètent également toute l’année à Zofingen. Ils se dégustent chauds ou froids, sur le pouce ou à table, à la maison. Ils sont également vendus surgelés pour être réchauffés chez soi. Ils se servent volontiers accompagnés d’une salade.

Importance économique

Pour le boulanger interrogé, le petit pain à la saucisse représente un produit très important. Le jour de la Fête des enfants, tout Zofingen en mange. Le boulanger consulté produit alors environ 4000 petits pains à la saucisse et 900 aux légumes ! Au cours d’une journée normale, il vend entre 30 et 50 petits pains à la saucisse. Les mois les plus propices sont juin et juillet.

... et enfin

Sur le site internet de la ville de Zofingen, on pouvait lire en 2016 : « Lors de la Fête des enfants, les petits pains à la saucisse traditionnels sont au menu de presque toutes les familles de la ville. »

Sources

  • Vogt, Ernst, Ludwig M. Raith, Bruno Heilinger und Jakob Viel,   Der Schweizer Bäcker-Konditor. Handbuch für das gesamte Bäckerei- und Konditoreigewerbe in 3 Bänden. Band 2,   Thun,   1944.  
  • Zofinger Neujahrsblatt 1958,   Zofingen,   1958.  
  • Zofinger Neujahrsblatt 1976,   Zofingen,   1976.  
  • Zofinger Neujahrsblatt 1986,   Zofingen,   1986.  
  • 400 Jahre Aarauer Maienzug,   Stadt Aarau,   Aarau,   1988.  
  • Lüthi, Christian, Manuela Ros, Annemarie Roth und Andreas Steigmeier,   Zofingen im 19. und 20. Jahrhundert. Eine Kleinstadt sucht ihre Rolle,   Baden,   1999.  
  • Thalmann, Rolf,   Das Jahr der Schweiz in Fest und Brauch,   Zürich, München,   1981.  
  • Kurt, Blum,   Das Zofinger Kinderfest gestern,   Zofingen,   1975.  
  • Schwarz, Rudolf,   Das Kadettenkorps Zofingen. In den ersten 100 Jahren seines Bestehens,   Zofingen,   1925.  
  • Zofinger Neujahrsblatt 1960,   Zofingen,   1960.  
  • Monatsbulletin Zofingen und Umgebung,   Zofingen,   1989.  
  • Blätterteig / Le feuilletage,   Zürich,   1950.  
  • Métraux, Hans,   Schweizer Jugendleben in fünf Jahrhunderten,   Zürich,   1942.  
Produits de boulangerie et pâtisserie Imprimer

Epicentre de production

Zofinger Kinderfestweggen à Zofingen; comme petit pain à la saucisse en Suisse alémanique, partiellement en Suisse romande

Map